Retour sur mon premier confinement à Paris

Javeria Khan
 Dans Article de Javeria, Culture, TimeOut

C’est une période très distincte et différente dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Je ne pense pas que dans l’histoire du monde, nous, en tant qu’humains, ayons vécu des circonstances aussi uniques.

 

Donc, tout le monde s’adapte. Je ne suis pas allée à l’université, même une seule fois, depuis le début de l’année universitaire. Mes ateliers sont maintenant en ligne plutôt qu’à l’université. Je n’avais jamais vraiment assisté à un cours en ligne. Donc, c’est tout nouveau pour moi. Mon premier atelier s’est déroulé via une application appelée Discord. Eh bien, je n’avais aucune idée de comment cela fonctionnait. Quand j’ai reçu un e-mail de l’université pour la télécharger, je l’ai fait puis j’ai commencé à l’explorer pour voir comment cela fonctionne, de sorte que lorsque j’ai eu mon atelier réel la semaine suivante, je saurais déjà comment l’utiliser. Pour moi, l’explorer signifiait simplement cliquer sur tout ce que je voyais sur l’appli. J’ai cliqué sur une « salle » ou « salon », puis une autre puis une autre, et tout à coup, j’ai entendu la voix d’un professeur en train de donner un cours, puis en quelques secondes, j’ai vu une vidéo apparaître. Pour expliquer le contexte, il était environ 8h30 du matin, j’étais en pyjama en train de prendre le petit déjeuner et de cliquer sur Discord tout en sirotant mon thé avec les cheveux non peignés et un visage matinal. Au moment où j’ai entendu la voix du professeur et vu la vidéo apparaitre, j’ai juré par inadvertance et j’ai posé ma tasse de thé. J’ai couvert la caméra de mon laptop d’une main et j’ai désespérément cherché le bouton d’annulation d’appel de l’autre. Quand j’ai finalement réussi à fermer la vidéo et à arrêter Discord, je me suis rendu compte que si j’avais pu entendre la voix du professeur, il aurait certainement entendu mes jurons de désespoir. J’ai rapidement fermé Discord et je me suis déconnectée jusqu’au jour où j’ai eu ma formation pour ne pas avoir d’autres rencontres embarrassantes.

 

C’est donc une période d’apprentissage et d’adaptation. Et la technologie nous aide à continuer et à rester en contact. Mais quand même, rester toute la journée sur le  portable et le laptop pour les études et  interagir avec les amis et la famille met un peu de pression sur le cerveau et les yeux. Cela me manque d’avoir des cours en classe devant un vrai professeur et de discuter avec les étudiants au lieu de taper pour leur demander de clarifier un point que le professeur a fait valoir.

En ce qui concerne la santé physique, je me suis adaptée pour essayer de faire des exercices dans ma résidence. J’ai commencé à faire des exercices d’escalier en utilisant les escaliers du bâtiment. Ma première séance d’entraînement a eu lieu un jour de la semaine à environ 6h30. Habituellement, toutes les portes de l’escalier sont ouvertes à tous les étages et très facilement accessibles. La plupart du temps, personne n’utilise les escaliers, alors j’ai pensé que c’était un bon endroit pour faire du sport. J’ai commencé à monter quatre volées de marches, jusqu’au 6e et 7e étage, et à redescendre lentement à mon propre étage, le 5e étage. Comme c’est la saison hivernale, 6h30 signifie une obscurité et un silence extrême. Le silence total et absolu. Au bout de quelques minutes, j’ai entendu notre ascenseur s’ouvrir et la femme de ménage sortir avec tous ses ustensiles de nettoyage. Elle a commencé à nettoyer le sol et j’ai continué mon entraînement. Je pouvais l’entendre marcher dans le couloir, essuyer le sol et parler avec son amie sur son portable. Après un court moment, je l’ai entendue arrêter de nettoyer et arrêter de parler à son amie. Silence complet de son côté. Je l’ai entendue marcher lentement vers les escaliers où je faisais du sport, avec un air d’horreur sur son visage comme si elle entendait un fantôme et non les pas d’un être humain qui montait et descendait les escaliers. Lorsqu’elle a atteint la porte de l’escalier, elle a sorti un peu la tête pour voir qui ou plutôt quoi faisait du bruit dans l’escalier, un bruit qu’elle n’avait certainement jamais entendu depuis un an de nettoyage du bâtiment. Alors quand j’ai descendu les escaliers, j’ai vu à quel point elle avait peur et j’ai donc rapidement décidé de dire : « c’est moi, je fais du sport ! ». Elle a alors pris une bouffée de réconfort. C’était un humain et non un fantôme qui faisait ce bruit. Elle a souri et a dit « c’est vraiment bien », puis elle a recommencé à nettoyer le sol et à parler à son amie. Mon premier « entrainement pendant le confinement » ne s’est donc pas déroulé comme prévu.  A partir de ce moment-là, j’ai décidé de ne faire des exercices d’escalier que le week-end, quand il n’y a personne autour pour éviter d’être à nouveau confondu avec un fantôme. Mais mes cours de sport, qui étaient proposés aux étudiants par la Sorbonne, me manquent beaucoup. J’avais l’habitude d’aller à un cours de fitness, ou un cours de Zumba ou bien à des cours de natation. C’était agréable d’être dans le cadre réel d’un complexe sportif avec des dizaines d’autres étudiants, de la musique forte et le professeur corrigeant tout le monde chaque fois que les étudiants ne faisaient pas un crunch correctement ou ne pouvaient pas tenir une planche assez longtemps.

Ce genre d’interactions avec les autres me manque beaucoup, surtout l’interaction avec les amis et la famille. Rencontrer des amis est devenu parler à des amis par Skype ou Whatsapp, et cela se fait encore une fois devant un écran de téléphone portable ou de laptop. Les notes vocales de Whatsapp pendant le petit-déjeuner ou le dîner ont pris le relais des conversations dans un café ou un restaurant à Paris en plein air. Des appels vidéo Skype ont pris le relais d’un rassemblement entre amis. Je m’ennuie de rester devant un écran de portable ou de laptop toute la journée au lieu de sortir avec mes amis et de passer des heures avec eux face à face dans un café parisien plutôt que sur Whatsapp ou Skype.

Les applis comme Skype ou Whatsapp nous ont aidé à  rester en contact pendant cette période unique. Je suppose que la technologie aide mais j’ai aussi l’impression que la santé en souffre beaucoup. Le manque d’interaction humaine a rendu la vie un peu déprimante et à une époque où la solitude est une épidémie mondiale, cette pandémie ne fait qu’y contribuer davantage.

Alors pour avoir un peu d’air frais, marcher un peu, voir d’autres personnes, et aussi pour protéger  mes yeux face à l’exposition constante à l’écran, je suis sorti faire des courses plusieurs fois, et j’ai vu Paris assez vide – je ne l’ai jamais vu ainsi  depuis toutes les années que j’ai passées ici. Cela semblait tellement solitaire de se retrouver dans l’une des plus belles villes du monde et ne pas pouvoir s’y promener librement, sans restriction de temps. Tout cela me semblait assez tragique.

Comme le disait Aristote, « Le bonheur est une qualité de l’âme, pas une fonction des circonstances matérielles de chacun ». Nous avons juste besoin de garder une vision positive des circonstances dans lesquelles nous nous trouvons actuellement. Nous devons être résilients et patients, attendre que tout redevienne ce qu’il était et espérer le meilleur pour tout le monde. Jusque-là, nous devons simplement nous convaincre que c’est le mieux qui puisse être fait, et c’est pour le mieux que tout le monde, toute l’humanité soit dans un état de confinement. Donc, jusqu’à ce que les choses s’améliorent, ayons tous une attitude positive et trouvons des moyens alternatifs à ce que nous faisions auparavant.

Ecriver et appuyer sur la touche enter du clavier pour lancer la recherche