Mon parcours professionnel en France : aucun regret !

Montserrat CORNEJO VARGAS
 Dans Article de Montserrat, JeParleFrançais, MonCampus

Article aussi en: fr

Parfois, ne pas avoir un chemin bien défini peut être ce qu’il nous faut pour trouver le bon chemin.

Je suis arrivé en France il y a 6 ans environ. Ayant fini mon bac au Mexique je me suis retrouvée complètement perdue. Je ne savais pas quelle licence étudier et encore moins dans quelle université. Les 3 mois après mon bac étaient le martyre. Mes amies avaient toutes un projet professionnel. J’ai décidé de prendre du recul et ne pas prendre la chose très au sérieux (à 18 ans nous avons tous le droit de se tromper). Il y a une énorme pression sociale pour avoir réponse à tout. Le moment où nous ne savons pas quoi faire, la panique s’installe et nous empêche de réfléchir. J’ai décidé donc de prendre quelque temps pour moi. Ma mère m’a conseillé de trouver une activité sympathique qui pourrait m’aider dans mon projet professionnel dans l’avenir. Comme j’ai toujours était bonne en langues je me suis dit que cela pourrait être bien d’apprendre une nouvelle langue étrangère.  Les langues sont toujours un plus sur un CV. Je me suis renseignée sur les différents programmes proposés aux personnes étrangères qui voulaient apprendre le français. Via une agence j’ai trouvé une famille d’accueil et sans m’en rendre compte j’avais un projet ! Une fois que j’ai eu mon visa j’ai réservé mon billet d’avion et sans hésitation j’ai quitté le Mexique.

Passeport Mexicain

11223944_10153720854832345_3583750679966614737_n

Pour ceux qui se demandent comment j’ai pu prendre une telle décision alors que je ne connaissais personne en France, je peux simplement leur dire que j’avais plus peur de rester au Mexique et faire des études qui ne m’auraient pas forcément plu.  Quand je suis arrivée en France je ne parlais pas bien français, j’avais un niveau basique, je comprenais un tout petit peu, cependant je n’arrivais pas faire de phrases à l’oral. Pendant 6 mois j’ai suivi des cours intensifs de français. Pour construire mon projet professionnel j’ai décidé de me renseigner sur les programmes et  universités  Parisiennes qui proposaient des formations en plusieurs langues. A Paris, je me suis rendue compte que j’étais vraiment passionnée par les langues étrangères. Quelques mois avant de rentrer au Mexique j’ai trouvé l’ISIT. J’ai passé les tests d’admission et j’ai été admise ! L’ISIT est une grande école qui me proposait une formation dans mes trois langues de travail (espagnol, anglais et français). Le programme académique s’adaptait exactement à mes besoins. Aujourd’hui, je suis en 2ème année de master CIT (Communication Interculturelle et Traduction). Je dois avouer que venir en France a été une extraordinaire opportunité ; même si le chemin n’a pas été toujours facile. En effet, s’adapter à une nouvelle culture peut être un vrai défi, surtout quand nous nous retrouvons seul. Toutefois, je suis très contente de faire mes études en France.

Graduación Montse
293015_10151418269402345_1825945618_n
14310476_10154756387457345_5121704363286128518_o
679855_10151520998652345_682291214_o
Promenade Parisienne Montse

Quelques conseils pour les courageux… Renseignez-vous un maximum. La France propose des centaines de formations. Il suffit de regarder la page principale de chaque faculté ou grande école qui vous intéresse. Regardez-surtout le programme ; les universités proposent normalement un document avec un petit résumé du cours. La renommée d’un établissement est importante mais il est plus important d’apprécier le contenu des cours. Il est également nécessaire de prendre contact avec l’établissement. Moi, par exemple, j’ai envoyé des centaines de mails afin de comprendre les formalités à suivre en termes de documents administratifs à fournir, comme par exemple mon diplôme du baccalauréat au Mexique ou encore les justificatifs du niveau de langue française. Les établissements ont toujours une adresse mail ou un téléphone que l’on peut contacter. Je vous conseille d’envoyer des mails plutôt que d’appeler, pour avoir une trace écrite. Osez. Partir à l’étranger ne peut que vous faire du bien. Vivre à l’étranger peut être parfois synonyme de sacrifice (ne plus voir sa famille pendant des mois voire des années) mais c’est une décision qui m’a beaucoup apportée ; en effet la meilleure que j’ai pu prendre jusque-là.

Start typing and press Enter to search