Ma première fois en France !

Jorge Moron
 Dans Article de Jorge, Articles de Jorge en espagnol, HereIam

Article aussi en: es

Je pourrais vous dire qu’à mon arrivée en France j’ai vécu toutes ces choses qui expérimentent ceux qui y arrivent pour la première fois. Mais je vous mentirais, car ça n’a pas du tout été mon cas et c’est justement pour cela qui je veux partager mon expérience avec vous !

C’était en Décembre 2010 quand je suis arrivé en France pour la toute première fois. Le 26 précisément, juste après Noël, donc je n’ai pas raté mon premier Nouvel An…en plein hiver, moi qui avais été toujours habitué à l’été argentin.

Souvent certains amis me demandent si à mon arrivée je n’avais pas eu une sorte de « choc émotionnel » ? Et ma réponse reste toujours la même : non, à aucun moment, ou plutôt une seule fois mais je reviendrai sur cela. La raison de l’absence de ces sentiments est simple à expliquer : depuis mes 15 ans je rêvais de venir en France. Pendant plus de dix ans j’ai fait tous les efforts possibles pour connaitre la culture française au-delà des cours réguliers que j’ai pris pendant toute mon adolescence. Donc, imaginez-vous que c’est comme si je m’étais préparé pendant tout ce temps là pour venir au pays de mes rêves.

C’est pour cela qu’au moment de mon arrivée j’absorbais d’une façon incroyable tout ce qui était à la fois un monde nouveau mais connu en même temps. Je ne me sentais pas dépaysé, car je me sentais dans mon pays. Je le sais, c’est peut être difficile à comprendre. Mais c’est comme si d’une façon ou d’autre j’attendais que tout cela arrive car je le rêvais depuis longtemps. Bien sûr que j’ai appris plein de nouvelles choses, celles qu’on n’apprend pas dans les méthodes de français !

Je suis resté deux semaines à Paris avec la sensation d’être un enfant qu’on amène à une foire en lui disant : « Vas-y, fais tout ce que tu veux ! ». Après, je suis parti vers Angers, à 300 km- de Paris, pour passer mon séjour à l’Université Catholique de l’Ouest. J’ai vécu six mois dans une résidence universitaire entouré des étudiants français et étrangers qui sont devenus très vite mes amis et parfois même ma famille.

Mes amis, ma deuxième famille.

Je reviens donc vers mon premier moment difficile, d’angoisse totale : ce jour où je suis arrivé à la résidence et j’ai ouvert la porte de ma future chambre absolument vide. Le moment est passé vite mais j’ai passé assis sur mon lit en pleurant sans raison pendant une bonne quinzaine de minutes. Avec le temps, je me suis rendu compte que cela m’arrivait à chaque fois que j’entrais dans une chambre vide et qu’il fallait la remplir peu à peu.

Pour le reste je n’ai pas échappé aux choses dont tous les étrangers font la première fois, comme s’entourer de tous les étudiants qui vivent et ressentent plus au moins la même chose. Moi je cherchais surtout leur amitié car comme je l’ai déjà dit, je savais à la fin que mes sentiments étaient bien différents. D’ailleurs, j’ai réussi à m’intégrer très vite parmi les français car mon objectif était aussi de m’entourer des « locaux ». Mais je reconnais aussi que sans eux, mes amis du monde, les choses auraient été bien plus difficiles et je serai toujours reconnaissant de leur présence.

Voilà pour ce premier volet sur mon arrivée en France. Je voulais le partager avec vous justement car je sais qu’il est plutôt bizarre par rapport à ce qu’on peut qualifier comme normal. Je laisserai d’autres expériences pour la suite. Et vous, comment vous avez vécu votre arrivé en France ?

Ecriver et appuyer sur la touche enter du clavier pour lancer la recherche